lundi 28 novembre 2011

L’arrivée des Rapanuis à Rapa Nui

Carte de Rapa Nui, University of Texas Libraries, 1986 Le très fameux triangle de terre, issu de l’éruption de trois volcans (Poike, Rano Kau puis Maunga Terevaka, successivement émergés de l’océan Pacifique et formant ses extrémités), est si petit et si isolé (à 2 000 km des îles les plus proches, celles de Pitcairn) qu’on s’est demandé si sa culture n’était pas sortie de l’île comme l’île l’était de la mer. Non pas finalement comme le continent perdu de l’Atlantide, mais comme un continent nouveau-né. Neuf.... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 18:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 24 novembre 2011

Iorana ou l’arrivée du touriste à Rapa Nui

Rapa Nui vue d'avion, photo Olivier Perret Le nez collé au hublot de l’avion, vous regardez d’un œil distrait cet îlot au milieu du Pacifique. Bon, vous vous êtes mis du mauvais côté ou quoi ? Ils pourraient faire un tour pour que tout le monde la voie, quand même. Au temps pour vous, c’est elle. Eh oui, elle est toute petite, on vous avait prévenu-e, non ? Un triangle dont le côté le plus long ne dépasse pas 24 km, perdu au milieu du Pacifique, ça donne ça. L’île de Pâques pour les Européens, qui l’ont... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 18:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 9 novembre 2011

Las casas de Pablo 3/3 – Isla Negra

C’est la première des trois maisons qu’il ait bâties, et la dernière qu’il ait habitée, celle où il a écrit Canto general (Chant général). Sur le terrain de la sans-nom d'Isla Negra, à 1h30 au sud de Valparaíso, Pablo Neruda a été enterré aux côtés de sa Matilde, au bord de la mer, dans un décor fabuleux. La maison, longue comme un train, bat des records de collectionnite. D'ailleurs la décoration est extrêmement poussée puisqu’elle s’étend jusqu’au jardin où trône… une locomotive. De l’autre côté, un bateau côtoie une ancre... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 04:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 7 novembre 2011

Las casas de Pablo 2/3 – La Sebastiana

La Sebastiana, photo E. Roy La Sebastiana domine la ville et la baie du port de Valparaíso, à 1h30 de Santiago en bus. Depuis sa maison valpina (porteña disent les Chiliens), Pablo Neruda jouissait d’une vue incroyable sur la « vallée Paradis », que ce soit de la chambre à coucher, du salon ou du bureau. Vue sur le port de Valparaíso depuis La Sebastiana, photo E. Roy Comme le bonhomme ne faisait pas les choses à moitié, l’agencement de chaque pièce fait preuve d’inventivité et d’originalité, et on n’a aucun mal à... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 04:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 3 novembre 2011

Las casas de Pablo 1/3 – La Chascona

Vous connaissiez le Pablo Neruda poète détenteur du prix Nobel de littérature, peut-être le diplomate. Découvrez-le entasseur compulsif heureux, bon vivant accueillant et décorateur hors pair ! Loin de l’atmosphère pluvieuse de la Temuco de son enfance, décrite dans son autobiographie Confieso que he vivido (J’avoue que j’ai vécu – « la grande pluie australe qui tombe du pôle comme une cataracte »), il a choisi le soleil de la région métropolitaine. Sur un périmètre relativement réduit, trois maisons, en partie... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 22:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 15 août 2011

El Tatio, la récompense des lève-tôt

3h. Du matin, oui. Le réveil sonne. Il ne fait pas bien chaud dans les chambres de San Pedro de Atacama au mois de juillet (le cœur de l’hiver dans l’hémisphère sud). Il fait nuit noire. Étrange, ce lever à contre-temps. Le petit déjeuner est compris dans l’excursion, doux souvenir. Vous pouvez dormir encore un peu. 3h30. Dernier délai pour l’extraction du duvet, le minibus va arriver d’ici 30 mn (1h si vous êtes en fin de la course qui le fait slalomer entre les hôtels de tous ses clients). Pas question de faire attendre vos... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 14:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 12 août 2010

Le silence de la mer

Est-ce parce qu'elle s'en méfie que Concepción n'est pas tournée vers la mer ? Des cris de mouettes résonnent, incongrus, dans les rues de la ville, qu'on dirait au milieu des terres. Ils nous rappellent que l'océan Pacifique est à deux pas. A Cocholgüe (prononcer "Cotcholhué"), par exemple, haut lieu de pêche au merlu, au nord de Concepción. À 40 minutes de voiture, nous voilà en train de siroter un verre de vin rouge aux fraises, tout en dégustant, comble du luxe, un crabe entièrement dépiauté – denrée bon marché... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 11:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :