lundi 27 février 2012

Des décombres pour mémoire ?

  Une construction "armée", à la sortie de Concepción Les traces du séisme du 27 février 2010 s’effacent lentement. Les décombres des immeubles de brique, les moins résistants, ont été rapidement sortis du décor. Les trottoirs défoncés sont petit à petit refaits. Des immeubles qui ont souffert mais qui, comme le veulent les normes de construction antisismiques, ne sont pas tombés, paraissent flambant neufs après une cure intensive de cosmétique BTP. Quid de leur résistance après le 8.8 d’il y a deux ans ? On pense aux... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 26 février 2012

Retour à l'exotisme

Concepción vue d'avion, parque Ecuador au loin et fleuve Bío-Bío à droite Rien de tel qu’un long séjour en France pour vous rendre votre regard de touriste, et révéler l’exotisme disparu au fur et à mesure que tout devenait familier. Au Chili, ce sera ce mélange étrange d’Amérique du Nord au consumérisme effréné et à la politique ultralibérale qui laisse pas mal de gens sur le carreau, et d’Afrique de la débrouille et des petits boulots, du comme on peut qui fera bien l’affaire. Il frappe à l’arrivée – à Concepción peut-être... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 17:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 30 novembre 2011

Résolument polynésienne

Cavalier au pied d'un restaurant d'Hanga Roa Vous voilà donc convaincu-e que les premiers habitants de Rapa Nui ne sont pas américains, mais bien océaniens (voir article du 28 novembre 2011), ce que ne dément ni le climat – agréable même en ce mois de mai, période pluvieuse de l’année responsable des promotions sur les billets d’avion –, ni le folklore qui a accompagné votre arrivée (voir article du 24 novembre 2011). Dans le village d’Hanga Roa – le seul lieu de l’île assez habité pour y trouver de quoi manger,... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 19:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
lundi 28 novembre 2011

L’arrivée des Rapanuis à Rapa Nui

Carte de Rapa Nui, University of Texas Libraries, 1986 Le très fameux triangle de terre, issu de l’éruption de trois volcans (Poike, Rano Kau puis Maunga Terevaka, successivement émergés de l’océan Pacifique et formant ses extrémités), est si petit et si isolé (à 2 000 km des îles les plus proches, celles de Pitcairn) qu’on s’est demandé si sa culture n’était pas sortie de l’île comme l’île l’était de la mer. Non pas finalement comme le continent perdu de l’Atlantide, mais comme un continent nouveau-né. Neuf.... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 18:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 24 novembre 2011

Iorana ou l’arrivée du touriste à Rapa Nui

Rapa Nui vue d'avion, photo Olivier Perret Le nez collé au hublot de l’avion, vous regardez d’un œil distrait cet îlot au milieu du Pacifique. Bon, vous vous êtes mis du mauvais côté ou quoi ? Ils pourraient faire un tour pour que tout le monde la voie, quand même. Au temps pour vous, c’est elle. Eh oui, elle est toute petite, on vous avait prévenu-e, non ? Un triangle dont le côté le plus long ne dépasse pas 24 km, perdu au milieu du Pacifique, ça donne ça. L’île de Pâques pour les Européens, qui l’ont... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 18:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 9 novembre 2011

Las casas de Pablo 3/3 – Isla Negra

C’est la première des trois maisons qu’il ait bâties, et la dernière qu’il ait habitée, celle où il a écrit Canto general (Chant général). Sur le terrain de la sans-nom d'Isla Negra, à 1h30 au sud de Valparaíso, Pablo Neruda a été enterré aux côtés de sa Matilde, au bord de la mer, dans un décor fabuleux. La maison, longue comme un train, bat des records de collectionnite. D'ailleurs la décoration est extrêmement poussée puisqu’elle s’étend jusqu’au jardin où trône… une locomotive. De l’autre côté, un bateau côtoie une ancre... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 04:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 7 novembre 2011

Las casas de Pablo 2/3 – La Sebastiana

La Sebastiana, photo E. Roy La Sebastiana domine la ville et la baie du port de Valparaíso, à 1h30 de Santiago en bus. Depuis sa maison valpina (porteña disent les Chiliens), Pablo Neruda jouissait d’une vue incroyable sur la « vallée Paradis », que ce soit de la chambre à coucher, du salon ou du bureau. Vue sur le port de Valparaíso depuis La Sebastiana, photo E. Roy Comme le bonhomme ne faisait pas les choses à moitié, l’agencement de chaque pièce fait preuve d’inventivité et d’originalité, et on n’a aucun mal à... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 04:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 5 novembre 2011

El más chileno : el mote con huesillo

Allez, c’est presque l’été ! L’heure de goûter le rafraîchissant mote con huesillo. On en trouve au restaurant comme au parc, il répond présent dans la moindre manifestation populaire. En général, les pancartes l’annoncent « rico » (délicieux), ce qui est bon signe, n’est-ce pas ? Impossible d’en deviner le contenu sans le connaître. Il s’agit d’une boisson sucrée dans laquelle trempent un huesillo, une durazno (pêche) séchée à laquelle une nuit dans l’eau aura lentement redonné sa forme, puis un caramel sa... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 05:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 3 novembre 2011

Las casas de Pablo 1/3 – La Chascona

Vous connaissiez le Pablo Neruda poète détenteur du prix Nobel de littérature, peut-être le diplomate. Découvrez-le entasseur compulsif heureux, bon vivant accueillant et décorateur hors pair ! Loin de l’atmosphère pluvieuse de la Temuco de son enfance, décrite dans son autobiographie Confieso que he vivido (J’avoue que j’ai vécu – « la grande pluie australe qui tombe du pôle comme une cataracte »), il a choisi le soleil de la région métropolitaine. Sur un périmètre relativement réduit, trois maisons, en partie... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 22:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 9 octobre 2011

Empaquetons !

À votre installation, le capitalisme sud-américain vous sautait aux yeux (voir article du 8 septembre 2010), et ce d’autant plus que, dépourvu de presque tout, vous vous trouviez réduit à acquérir jusqu’à la fourchette grâce à laquelle vous pourriez bientôt goûter votre premier guacamole. L’occasion de faire connaissance avec toutes les grandes enseignes de la ville. Et là, vous avez assisté à cet étrange phénomène qui signe un trait culturel spécifique (certes récent), reconnaissable au fait que vous ne l’aviez jamais vu pratiquer... [Lire la suite]
Posté par Segolene Roy à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]