kokoro-pont

Le jardin zen Kokora no niwa, à La Serena (2012)

Le phénomène des pololos

Connaissez-vous le pololo et la polola ? Ce sont le chum et la blonde québécoises, le petit copain et la petite copine françaises (oui, je m'essaie à la règle de proximité). Alors que les concubins forment une pareja et les mariés un matrimonio, les pololos forment un pololeo – rien que de très logique – pour ainsi dire voué au flirt public, pratique extrêmement répandue au Chili, et qui surprend l'étranger à l'arrivée, lui qui, pétri de mille et un préjugés, pensait qu'en un pays si catholique de tels instincts feraient l'objet d'une répression toute particulière, dans la sphère publique du moins. 

Rien de tel au Chili, où l'on est loin de la chaste promenade main dans la main ou du baiser sur les bancs publics. Les pololos se chevauchent en toute impudeur au vu et au su de tous, profitant du moindre bout d'herbe (mais ce peut être aussi un peu confortable bloc de béton en bord de route et au niveau d'un feu tricolore) pour faire état de leur irrépressible désir. Bref, les pololos pololean, et ne se contentent pas de se tourner autour, comme le laisserait penser le terme mapudungun dont ils tirent leur nom, piulliu (une bestiole verte émettant un bruit de frelon), métaphore tout à fait charmante d'un fiancé qui ferait la cour à sa promise comme l'insecte tourne avec appétit autour du fruit.

La zénitude dans l'adversité

Vous trouverez facilement des pololos dans leur environnement naturel, nul besoin donc d'entrer dans le bien-nommé Jardín del Corazón de La Serena pour assister à leurs ébats. Cependant il faut avouer que c'est un lieu d'observation tout à fait privilégié, qui plus est témoin d'un autre fait de société intéressant : tout comme le Chili, les jeunes tourtereaux de La Serena doivent beaucoup aux mines. En l'occurrence à la Compañia minera de Pacífico, filiale d'un groupe japonais. C'est elle qui a offert un jardin zen à la ville, à l'occasion de son 460e anniversaire (ça se mérite) et pour célébrer le joli mélange de relation commerciale et d'amitié qui unit Japon et Chili. 

kokoro-canard

Niché dans un écrin de verdure, Kokora no niwa (jardin du palpitant, donc), ouvre aux amoureux les portes d'un lieu unique, havre de paix au cœur de La Serena. Pour seulement 1 000 pesos par personne (1,4 euro), pololos et pololas pourront se promener main dans la main dans le jardin zen le plus grand de toute l'Amérique du Sud (oui, c'est vrai, il y a des catégories où les records sont plus faciles à exploser que d'autres), au doux son de l'avenue Francisco de Aguirre et de la ruta 5 (autrement nommée la Panaméricaine), longeant l'immense mall (centre commercial) d'où vous ne sauriez sortir sans avoir trouvé votre bonheur.

kokoro-mall

Au fond, le mall qui longe la Panaméricaine qui longe le jardin zen

Drôle de configuration pour un refuge de zénitude, mais cela n'a pas empêché son architecte-paysagiste, Akira Ohira, d'y mettre tout le sien, de cœur. Grâce à lui, les pololos peuvent se prendre en photo au sommet du Taikobashi (car oui, tout a un nom dans le jardin zen, celui-ci désignant le pont courbe de rouge vêtu), s'enlacer sur Kame Shima, l'île de la Tortue, symbole de longévité, se dire leur amour sous la tonnelle qui fleure bon le jasmin, jouer à cache-cache dans le Sekitai (jardin de pierres imitant paraît-il le style du temple bouddhiste Ryuanji de Kyoto), ou encore se bécoter en traversant le Yatsuhashi, pont de bois plat passant au-dessus de l'eau courante venue de la cascade, symbole de vie.

Ah, que serait le pololeo de La Serena sans Kokora no niwa ? Sans doute réduit à s'exhiber sur la pelouse défraîchie et pentue qui longe la route d'à côté. S'il est difficile d'évaluer le retentissement en termes de zénitude du cadeau japonais, du moins aura-t-il apporté à ces jeunes gens un peu d'intimité.

kokoro-pololos

Saurez-vous retrouver les pololos dissimulés dans le jardin zen ?

 


Références

– Étymologie du terme « pololo », www.dechile.net (en espagnol).
– Définition du terme « pololo », dictionnaire de la Real Academia Española (en espagnol).
– Plaquette de présentation du Jardín del Corazón.